GéoBFC a participé au geOcom 2018

Membre du comité de pilotage de geOrchestra, l’infrastructure de données spatiales (IDS) dont elle s’est dotée, GéoBFC a participé au geOcom. Cet événement annuel réunit les utilisateurs, les administrateurs et les développeurs de geOrchestra pour échanger leurs expériences et définir les futurs axes de développement de l’IDS. L’édition 2018 s’est déroulée à Amiens les 12 et 13 Juin et a été organisée par la région Hauts-de-France. Elle a rassemblé des représentants de plusieurs plateformes basées sur geOrchestra émanant essentiellement de collectivités territoriales[1].

Authentification des utilisateurs, statistiques de consultation et restrictions géographiques d’accès ont été quelques-uns des thèmes abordés lors de ces journées. GéoBFC a co-animé un atelier sur les métadonnées et la nouvelle API (interface de programmation) de GeoNetwork, qui est la brique logicielle de geOrchestra dévolue aux métadonnées. Pour l’administrateur de la plateforme, cette API permet de gérer plus facilement les métadonnées en automatisant la construction de commandes, par exemple pour modifier les droits d’accès aux fichiers.

L’évolution technique majeure envisagée pour geOrchestra est la conception d’un nouveau visualiseur, en complément ou remplacement de MapFishApp, l’application intégrée jugée peu ergonomique et difficile à prendre en main par un large public. Élaboré de manière collective, le projet s’oriente vers un logiciel modulaire dans lequel des outils spécifiques pourraient être ajoutés sous la forme d’extensions qui comprendraient notamment la visualisation 3D. Cette évolution est d’importance pour GéoBFC qui a participé aux diverses réunions préparatoires. Véritable vitrine de l’infrastructure de données spatiales, le visualiseur constitue certainement le vecteur à privilégier pour généraliser l’utilisation de geOrchestra parmi les chercheurs des laboratoires fédérés. Une communication[2] du geOcom a par ailleurs souligné la nécessité du design de services (où l’outil est considéré du point de vue de l’utilisateur).

Plus largement le débat s’est porté sur le devenir des infrastructures de données spatiales et leur articulation avec l’Open Data[3] : ces outils doivent-ils devenir des plateformes offrant un accès à toutes sortes de données, non plus limitées à l’aspect géographique ? La présence d’un membre de la mission Etalab (organisation qui gère la politique d’ouverture des données du gouvernement, notamment via le portail data.gouv.fr) et du directeur du programme Géo-portail ont permis d’enrichir le débat avec un point de vue plus institutionnel.

Lieu privilégié pour les échanges sur geOrchestra, le geOcom est l’occasion pour GéoBFC de bénéficier de l’expérience d’entités utilisant la même infrastructure de données spatiales, bien que cela soit dans des contextes très différents.

[1]Outre GéoBFC et l’instance organisatrice, étaient représentées les régions de Nouvelle Aquitaine, Bretagne, Grand Est, Auvergne – Rhône-Alpes ainsi que l’agence régionale de santé d’Île-de-France, Rennes métropole et la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay. D’autres collectivités, non utilisatrices de geOrchestra, sont venues assister aux échanges.

[2]   Fabrice Phung, DREAL Bretagne.

[3]L’Open Data (littéralement « données ouvertes ») désigne le mouvement permettant le libre accès aux données, produites notamment par l’administration et les services publics, selon des normes garantissant leur possible réutilisation. L’une des étapes fondatrices de ce processus a été la directive européenne INSPIRE, en 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.